Rencontre vicariale Asie/Océanie

Publié le 12 février 2020

Chapitre vicarial 2020 Asie/Océanie

Au début du mois de février, le prieuré des Frères de Saint-Jean à Cebu aux Philippines a accueilli comme une bénédiction des frères venus de tout le vicariat Asie/Océanie en visite à l’occasion des journées vicariales.
Il faut signaler que le vicaire, frère Justin, a vécu pour la première fois ce “mystère joyeux” de la Visitation ! Qu’il soit toujours le bienvenu à Cebu ! Les supérieurs de Christchurch, Pondichéry et Taïnan sont également venus et tous ont vécu ensemble trois jours de séminaire. Belles périodes de vie fraternelle et de travail acharné sous la bénédiction de leur archevêque José S. Palma.

C’est en images que s’illustre le mieux leur louange et action de grâce !

Le clip de frère Samuel Mary obtient le 2e prix au Sinulog Film Festival

Publié le 3 février 2020

Clip de frère Samuel Mary

“My Unfading Joy” (Ma joie sans fin), est une chanson écrite par frère Samuel Mary, musicien et compositeur qui écrit des chansons avec talent et qui a fait le montage vidéo du clip. Au cours de sa mission à Cebu, aux Philippines, il a eu l’inspiration d’écrire sur l’amour des habitants de Cebu pour le Santo Niño, image de l’Enfant Jésus indissociable de la foi chrétienne aux Philippines depuis 1521. La chanson raconte l’amour de la Reine pour le Santo Niño, alors qu’elle danse pour lui lors de la fête traditionnelle.

Le clip a remporté la 2e place au Sinulog Film Festival 2020, dans la catégorie “Clip vidéo”. Ce festival de court métrages réunit amateurs et professionnels.

Frère Samuel Mary partage cette grande joie avec la chanteuse Inah Libre ; le réalisateur Roy Empleo ; le vidéaste Cris Damo et la jeune Reine Camille Joyce N. Miñoza, ainsi que tous les acteurs et bienfaiteurs qui ont fait de ce projet une réalité en l’honneur du Santo Niño de Cebu.

Viva Señor Santo Niño !

Publication de la Lettre Aux Amis de la Famille Saint-Jean

Publié le 31 janvier 2020

Publication de la Lettre Aux Amis de la Famille Saint-Jean 126Le numéro 126 de la Lettre Aux Amis vient de paraître et c’est Frère François-Xavier, Prieur général, qui signe l’éditorial de cette saison d’hiver.

Au sommaire

Thème de la formation : “Le verbe fait chair”

  • Tu m’as façonné un corps – Sœur Immaculata
  • Du Temple de pierres au Corps glorieux de Jésus – Frère Marie-Jérôme
  • Une fête qui nous est “chair” – Sœur Aurelia

Vie de la Famille

  • Engagements
  • Déclaration du Chapitre général
  • Portfolio : 2ème session du Chapitre général
  • Collection hiver-automne à Bucarest
  • Mariamayah, à la périphérie du monde musulman
  • Une nuit très spéciale à la Haye
  • Cap sur la jeunesse à Attichy
  • Vivre et étudier à Rome
  • Les bons rayons de Rimont
  • Interview : la simplicité au cœur

La Famille Saint-Jean regroupe les Frères de Saint-Jean, les Sœurs apostoliques de Saint-Jean, les Sœurs contemplatives de Saint-Jean et des laïcs, les Oblats de Saint-Jean.
Ces quatre branches partagent un même charisme : vivre ensemble en amis de Jésus à la suite de l’apôtre Jean et témoigner de sa lumière et de son amour.

Quant aux laïccs oblats, c’est en vivant dans le monde qu’ils vivent du charisme de la Famille Saint-Jean.

Nouvelle publication

Publié le 23 janvier 2020

Nouvelle publication de frère Jérôme TernynckCe jeudi 23 janvier parait le dernier ouvrage de frère Marie-Jérôme, professeur d’exégèse biblique au Studium de Rimont, publié aux éditions Salvator. Il est titré “Dans notre nuit se lève ton jour”.

Voici comment l’éditeur le résume :

La « fin du monde » serait inéluctable : la seule manière pour Dieu d’effacer le mal qui défigure sa Création. C’est ce que nous disent nos catéchismes. Et nous croyons que cela est vrai.
Faut-il que soit tout autant vraie l’idée que la destruction du mal exige celle du monde qui le nourrit ? Cette question, enseignée par les textes sacrés chrétiens, mais aussi juifs et musulmans, taraude l’auteur et sert de trame à son livre étonnant et lumineux.
Sa méditation commence par évoquer, sous forme de fictions, quatre moments cruciaux de l’histoire du christianisme. Elle se poursuit par six « lettres » où, s’inspirant du Livre de Job, l’auteur interpelle directement Dieu. Dans l’épilogue, il fournit des clés pour accueillir aujourd’hui l’espérance des hommes de la Bible en distinguant une lecture historicisante de son contenu symbolique.
Un livre éclatant de culture, de spiritualité et de ferveur sur les fins dernières de l’homme.

Commander ici

Vœux de Noé Mission

Publié le 22 janvier 2020

Voeux 2020 de Noé Mission

Toute l’équipe Noé Mission vous souhaite une Belle est Sainte année 2020. C’est l’occasion aussi pour eux de transmettre, en même temps que tous leurs meilleurs vœux, quelques nouvelles de leurs volontaires en mission depuis le mois de septembre 2019.

Que se passe-t-il donc au Togo ? Après un an sans volontaire Noé Mission à Lomé, c’est Marie-Laure qui a repris le flambeau pour donner un coup de main aux sœurs. Elle accueille chaque jour, après les cours, 15 à 20 collégiens pour de l’aide aux devoirs, du soutien en français et diverses activités sportives ou de loisirs. Bien sûr, la mission n’est pas rose tous les jours, mais cette jeune volontaire est heureuse dans sa mission auprès des jeunes et ceux-ci le lui rendent bien. La parole est à Marie-Laure : « J’étais vraiment contente de retrouver tous mes p’tits monstres après les vacances. […] Je ne peux pas m’empêcher de les aimer même s’ils sont terribles ! […] Il y a vraiment des grand talents parmi eux : comédiens, chanteurs, danseurs…. et c’est très beau quand ils expriment tout ce qu’ils ont en eux. »

Quelques dates pour 2020

Noé Mission prépare la suite pour les départs des futurs volontaires :

  • weekend de discernement du 1er au 3 mai 2020,
  • weekend de préparation au départ les 13 et 14 juin 2020
  • formation d’été : du 18 au 26 juillet 2020

Festivités au prieuré d’Addis Abeba

Publié le 20 janvier 2020

Festivités au prieuré d'Addis Abeba en Ethiopie

Journées vicariales

Pour la première fois les journées vicariales d’Afrique se sont tenues en Éthiopie. Tous les deux ou trois ans les Frères de Saint-Jean des différents pays d’Afrique se réunissent pour un temps de fraternité et de formation.
Ces rencontres ont coïncidé avec la grande fête de Timkat (baptême du Christ), les 10 ans d’implantation de la communauté en Éthiopie et la bénédiction et l’inauguration du nouveau centre Saint-Jean à Addis Abeba. Autant dire que le kairos était à son summum !
Le programme des journées fut un heureux mélange entre visite et découverte de l’Éthiopie et participation aux célébrations.

De nombreuses festivités

– Veillée avec l’école de vie : adoration et chants de louange en français et en amharique avec des jeunes pleins de ferveur
– Soirée rétrospective sur les 10 ans : vidéo, historique, témoignages…
– Célébration de Timkat avec les orthodoxes
– Messe du Baptême du Christ en rite éthiopien à la cathédrale : plongeon dans le rite éthiopien
– Généreux accueil des Éthiopiens, école de vie, oblats, amis, orthodoxes à Timkat
– Messe d’inauguration du nouveau bâtiment avec le nonce apostolique : Mgr Camilleri
– Restaurant culturel : nourriture et danses traditionnelles
– Deux moments d’échanges sur l’héritage intellectuel du père Philippe : ces moments ont été marquants par la liberté de parole, l’écoute et la charité que l’ont pouvait percevoir malgré les questions que cela soulevait chez nous.
– Chantier sur le financement avec une amie coach Katharina Schauer et le représentant de l’Oeuvre d’Orient venu pour les 10 ans, Philippe Alcquier
– Balade au pont des Portugais et sanctuaire de saint Tkelele : découverte de la nature en Éthiopie, d’un saint orthodoxe et de la religiosité populaire
– Retrouvailles fraternelles après de nombreuses années
– Bénédiction du Centre Saint-Jean avec la présence du nouveau nonce apostolique, Mgr Camilleri.

Frère Benoît-David témoigne : “Ce qui m’a touché spécialement c’est de retrouver des frères que je n’avais pas vus depuis mes nombreuses années passées au Québec avant d’arriver ici, au prieuré d’Addis Abeba en septembre 2019. Ce sont aussi les partages et la collaboration que nous avons pu avoir sur les questions de financements. Et aussi d’apprendre la grandeur et la cohérence du projet qui se fait a Kara.Voir le projet Lumen Valley du prieuré de Kara au Togo

Ces journées ont été précédées par la première visite du vicaire de l’Afrique, frère Jean-Philippe et aussi celle de François-Frédéric, maître des études.

Tous ressortent émerveillés par ce qu’ils ont vécu et rendent Gloire à Dieu !

La famille Saint-Jean à Princeville (USA)

Publié le 20 janvier 2020

La ville de Princeville (USA, Illinois) est, avec Simbock (Cameroun), l’un des rares lieux dans le monde où sont représentées les trois branches religieuses de la Famille Saint-Jean.

A Princeville, les frères veulent donc être à l’écoute des diverses modalités de chaque communautés, vécues à l’intérieur d’un même charisme johannique. Cette attention respectueuse leur permet de bénéficier de l’apport, la complémentarité et les richesses propres à chacun et de les partager avec tous ceux que le Seigneur leur envoie.

Avec les sœurs apostoliques, ils partagent des apostolats auprès des enfants, des adolescents, des étudiants et jeunes professionnels. Ils travaillent ensemble à la préparation événements, de fêtes ou solennités dans un climat joyeux, désireux de donner le meilleur de l’esprit de saint Jean.

Un frère a ainsi eu la joie de prêcher la retraite des frères et des sœurs des prieurés d’Orange (USA) et de Terrebonne (Québec). Il a été saisi de la ferveur palpable de cette retraite où les frères et les sœurs partageaient chapelle et lieux communs, dans le respect et la simplicité des premières communautés chrétiennes.

Les trois branches sont également représentées lorsque les oblats et futurs oblats sont accueillis : non seulement font-ils vraiment partie de la Famille mais aussi suscitent-ils des ouvertures apostoliques qu’ils portent eux-mêmes ou avec les frères et sœurs.

Retraite annuelle de communauté au Mexique

Publié le 18 janvier 2020

Retraite de Communauté au Mexique

En ce début d’année 2020, les Frères et Sœurs de Saint-Jean des prieurés mexicains se sont réunis à Monterrey pour vivre ensemble leur retraite de communauté annuelle. Avant de partir, les frères se sont confiés à la prière de leurs paroissiens afin que “le Saint-Esprit agisse dans nos cœurs selon sa volonté et que nous puissions mieux servir l’Église”.

Cette année c’est frère Thomas Joachim, ancien Prieur général des Frères de Saint-Jean qui a prêché la retraite sur le thème de “la paix intérieure” à partir du psaume 23.

Les frères et sœurs rendent grâce pour un si grand cadeau : cinq jours emplis de paix et de “prairies d’herbe fraîche”. À l’issue de la retraite, une matinée de travail, comme chaque année, leur a permis d’aborder différents aspects de leur vie (liturgique, apostolique, fraternelle, etc.) dans leur mission au Mexique.

Psychanalyse et liberté à Terrebonne

Publié le 18 janvier 2020

Psychanalyse et flocons à Terrebonne

Le samedi 18 janvier, une bonne quarantaine de frères ont bravé la glace et la neige pour se pencher sur les travaux de Viktor Frankl, psychiatre renommé, à partir de son expérience dans les camps de concentration… Quel passionnant auteur pour réfléchir sur « un sens à sa vie ». Il fonda la « logothérapie », comme troisième branche de la psychanalyse, orientant le travail du patient sur l’axe qui fonde sa vie et non plus sur une relecture du passée. Finalité et conditionnement s’y retrouvent dans un heureux et fécond labeur.

N’hésitez pas à lire son témoignage et sa présentation de la logothérapie, petit ouvrage qui se parcourt comme un roman et passe très bien comme lecture de table ! « Découvrir un sens à sa vie » de Viktor Frankl.

Si vous êtes au Québec le 7 mars, nous poursuivrons notre quête sur la liberté en travaillant 
Le Divin et le divan de Macha Chmakoff et Vers l’autonomie psychique de Jeannine Guindon. Puis Aristote le 9 mai et enfin le colloque sur « Être libre » le 6 juin avec frère Thomas.
Inscriptions : colloquephilostjn@gmail.com
Pour les frères et les sœurs, suivront trois petites journées de travail sur la liberté avec frère Thomas dans un lieu proche du Ciel… et au bord d’un lac… Québec oblige ! Bienvenue !

Zoom sur le prieuré de Poponguine (Sénégal)

Publié le 17 janvier 2020

Frères de Poponguine

Le prieuré « Keur Mariama » de Poponguine (Sénégal) vit depuis 1986 au sein de la terre dédiée à la Sainte Vierge, invoquée sous le vocable de « Notre-Dame-de-la-Délivrande ».

Le Sénégal compte 95% de musulmans pour seulement 5% de chrétiens. Les deux religions vivent dans une certaine harmonie ; le dialogue et le sens de la famille en sont les principaux garants.

Depuis la rentrée pastorale 2019, le prieuré est composé de 5 frères :

  • Frère Jean-Christophe (oblat régulier, sénégalais)
  • Frère Elisée (Stagiaire, ivoirien)
  • Frère Christian-Marie (Prieur et curé, sénégalais)
  • Frère Marie-Guillaume (Vicaire, ivoirien)
  • Frère Bruno (Recteur du sanctuaire, Camerounais)

Leur mission se déploie sur deux champs d’action : la paroisse et le sanctuaire marial.

La paroisse occupe une place considérable dans la vie de l’archidiocèse de Dakar : elle abrite la basilique mineure Notre-Dame-de-la-Délivrande et accueille les nombreux pèlerins venant de tout le Sénégal et des pays voisins. C’est la paroisse du cardinal Hyacinthe Thiandoum, décédé en 2004, grâce à qui les Frères de Saint-Jean furent invités à s’implanter en terre sénégalaise. La pastorale paroissiale est fortement marquée par l’évangélisation de la famille, le dialogue inter-religieux et la pastorale sacramentelle.

Le sanctuaire constitue également une structure très importante, non seulement pour l’archidiocèse, mais pour toute l’Église du Sénégal. En effet depuis le 22 mai 1888, les missionnaires spiritains y ont initié un pèlerinage marial. L’année qui suivait, ils lançaient la construction de la première église qui deviendrait la paroisse de Poponguine. Les activités qui s’y déroulent sont réparties entre les pèlerinages, les retraites, les récollections, les visites. Le pèlerinage annuel à la Pentecôte est le rendez-vous incontournable des chrétiens.

En outre, de nombreuses demandes sont faites aux frères dans le domaine de la formation et la prédication. Ils interviennent ainsi auprès de divers groupes ou communautés religieuses, pour des conférences ou des retraites. Cet important besoin de la population mobilise actuellement la réflexion des frères pour trouver des solutions efficaces et adaptées à leur charisme.

Après plus de trente ans de présence sur place, les frères veulent témoigner de leur reconnaissance envers ceux qui les ont précédé au Sénégal et rappellent qu’ils sont toujours heureux d’accueillir des hôtes dans leur modeste, mais non moins chaleureuse hôtellerie.

Le site du Sanctuaire Notre-Dame-de-la-Délivrande

suscipit id, elementum consequat. sed quis, facilisis ante. felis ipsum