Historique de la Famille Saint-Jean

Famille saint-Jean

Alors que la communauté des frères naissait et s’affermissait, des étudiantes demandèrent au père M.-D. Philippe de démarrer une fondation féminine. Après avoir hésité, en 1982 il donna son accord pour que quelques jeunes filles vivent ensemble à Rimont, sous la conduite d’Alix Parmentier (+ 2016). Ces premières sœurs rejoignirent ensuite Saint-Jodard (diocèse de Lyon) où venait de s’ouvrir le noviciat des frères.

En septembre 1983, la communauté naissante confirma son orientation purement contemplative.

Naissance de la branche des sœurs apostoliques

Quelques temps plus tard, certaines sœurs émirent le souhait de se consacrer au Seigneur dans une vie apostolique. La branche des Sœurs Apostoliques de Saint-Jean fut fondée le 8 septembre 1984 à Rimont, auprès de la maison de théologie des frères. En 1992, les sœurs apostoliques établirent leur maison mère à Semur-en-Brionnais, dans le diocèse d’Autun.

Ces deux communautés connurent une croissance significative et commencèrent à fonder en France et dans d’autres pays.

Le 25 janvier 1987, la Communauté des Sœurs Contemplatives fut reconnue par le Cardinal Albert Decourtray,  Archevêque de Lyon, comme Association publique de fidèles en vue de constituer un Institut religieux. Le 25 mars 1994, la communauté des sœurs fut érigée en Institut de droit diocésain.

Les Sœurs Apostoliques furent d’abord reconnues par Monseigneur Armand le Bourgeois, évêque d’Autun, le 11 février 1987, puis érigées en Institut de droit diocésain par Monseigneur Raymond Séguy, le 7 octobre 1993.

Les premiers Oblats de Saint-Jean

Entretemps, des laïcs et des prêtres diocésains exprimèrent le désir de pouvoir vivre de la spiritualité de la communauté, tout en gardant  leur état de vie. En septembre 1981, les premiers d’entre eux s’engageaient comme « Oblats de Saint-Jean ».

Scission chez les sœurs contemplatives

En 2009, l’autorité ecclésiastique des sœurs contemplatives, le Cardinal Philippe Barbarin, constatant des dysfonctionnements de gouvernement a décidé des changements de responsables. La communauté des sœurs contemplatives s’est alors divisée en deux groupes : les sœurs qui acceptaient les décisions et celles qui les refusaient. Ce dernier groupe a quitté la communauté des Sœurs contemplatives de Saint-Jean et la Famille Saint-Jean en 2014 pour fonder en Espagne une nouvelle communauté, du nom de Maria Stella Matutina.

Pour aller plus loin

Quels sont les liens entre les communautés religieuses de la Famille Saint-Jean ?

Bien que réunies dans une même famille spirituelle - La Famille Saint-Jean-, chaque communauté religieuse a son propre gouvernement, son histoire et son mode de vie. Elles sont notamment distinctes juridiquement et financièrement.

Les frères et les sœurs coopèrent dans certaines missions (camps de jeunes, paroisses, sessions des familles, etc.) et portent ensemble certains grands événements comme un festival de jeunes ou un festival des familles.Bien qu’ils aient habituellement des offices distincts, les frères et les sœurs partagent le même bréviaire.Une fois par trimestre le Conseil de Famille réuni les trois prieurs généraux et les responsables des études.

Les sœurs contemplatives aujourd'hui

Les 80 sœurs qui composent actuellement la communauté des Sœurs Contemplatives de Saint-Jean avaient fait le choix de coopérer avec les autorités de l’Église et de mettre en œuvre les réformes demandées lors de la crise des années 2009-2014.

Depuis cette époque difficile les sœurs sont engagées dans un travail de reconstruction (cf historique de la Famille Saint Jean). Pour soutenir cet important et nécessaire processus, elles font appel depuis plusieurs années à des aides extérieures, notamment des religieux et des religieuses d’autres congrégations.

Qu'est ce qu'un oblat ?

Des laïcs désireux de vivre leur vocation baptismale à la suite de l’apôtre Jean et qui se sentent appelés à vivre dans le monde du même charisme que les frères et les sœurs en s’engageant dans l’oblature séculière.

Ils sont alors liés à un prieuré de leur choix où ils trouvent accueil et accompagnement. Les oblats ont un engagement de prière, d’écoute de la parole de Dieu et de charité fraternelle. Ils donnent un témoignage apostolique dans le contexte de leurs responsabilités respectives familiales, paroissiales, sociales ou politiques. Ils ont un engagement de prière, d’écoute de la parole de Dieu et de charité fraternelle.

Comment devenir oblat ?

Il est possible pour des personnes mariées ou célibataires, pour des jeunes ou des moins jeunes de vivre de la spiritualité de la Famille Saint-Jean en devenant oblats.

Ainsi, tout en vivant leur état de vie dans le monde, ils peuvent -à la manière de Jean- vivre leur baptême et en témoigner.Avant l’oblature, une préparation d’une durée d’un à trois ans est prévue. Elle permet de discerner ses propres aspirations et d’approfondir le charisme de la Famille Saint Jean. Pour cela le candidat vit selon la règle de vie des oblats, participe aux réunions d’oblats de son prieuré, et suit au moins deux retraites prêchées chez les frères ou les sœurs.Cette préparation se fait sous la responsabilité du prieur du prieuré le plus proche. Au terme de cette période, c’est à lui qu’il revient, après consultation des membres du prieuré, de recevoir l’oblature.Si vous souhaitez plus de renseignements nous vous invitons à contactez le prieuré le plus proche de votre domicile." Si l’oblature vous intéresse contactez le prieur ou la prieure du prieuré le plus proche géographiquement. Vous pourrez ainsi vous informer et discerner si ce chemin vous convient.