Vœux de Noé Mission

Publié le 22 janvier 2020

Voeux 2020 de Noé Mission

Toute l’équipe Noé Mission vous souhaite une Belle est Sainte année 2020. C’est l’occasion aussi pour eux de transmettre, en même temps que tous leurs meilleurs vœux, quelques nouvelles de leurs volontaires en mission depuis le mois de septembre 2019.

Que se passe-t-il donc au Togo ? Après un an sans volontaire Noé Mission à Lomé, c’est Marie-Laure qui a repris le flambeau pour donner un coup de main aux sœurs. Elle accueille chaque jour, après les cours, 15 à 20 collégiens pour de l’aide aux devoirs, du soutien en français et diverses activités sportives ou de loisirs. Bien sûr, la mission n’est pas rose tous les jours, mais cette jeune volontaire est heureuse dans sa mission auprès des jeunes et ceux-ci le lui rendent bien. La parole est à Marie-Laure : « J’étais vraiment contente de retrouver tous mes p’tits monstres après les vacances. […] Je ne peux pas m’empêcher de les aimer même s’ils sont terribles ! […] Il y a vraiment des grand talents parmi eux : comédiens, chanteurs, danseurs…. et c’est très beau quand ils expriment tout ce qu’ils ont en eux. »

Quelques dates pour 2020

Noé Mission prépare la suite pour les départs des futurs volontaires :

  • weekend de discernement du 1er au 3 mai 2020,
  • weekend de préparation au départ les 13 et 14 juin 2020
  • formation d’été : du 18 au 26 juillet 2020

Festivités au prieuré d’Addis Abeba

Publié le 20 janvier 2020

Festivités au prieuré d'Addis Abeba en Ethiopie

Journées vicariales

Pour la première fois les journées vicariales d’Afrique se sont tenues en Éthiopie. Tous les deux ou trois ans les Frères de Saint-Jean des différents pays d’Afrique se réunissent pour un temps de fraternité et de formation.
Ces rencontres ont coïncidé avec la grande fête de Timkat (baptême du Christ), les 10 ans d’implantation de la communauté en Éthiopie et la bénédiction et l’inauguration du nouveau centre Saint-Jean à Addis Abeba. Autant dire que le kairos était à son summum !
Le programme des journées fut un heureux mélange entre visite et découverte de l’Éthiopie et participation aux célébrations.

De nombreuses festivités

– Veillée avec l’école de vie : adoration et chants de louange en français et en amharique avec des jeunes pleins de ferveur
– Soirée rétrospective sur les 10 ans : vidéo, historique, témoignages…
– Célébration de Timkat avec les orthodoxes
– Messe du Baptême du Christ en rite éthiopien à la cathédrale : plongeon dans le rite éthiopien
– Généreux accueil des Éthiopiens, école de vie, oblats, amis, orthodoxes à Timkat
– Messe d’inauguration du nouveau bâtiment avec le nonce apostolique : Mgr Camilleri
– Restaurant culturel : nourriture et danses traditionnelles
– Deux moments d’échanges sur l’héritage intellectuel du père Philippe : ces moments ont été marquants par la liberté de parole, l’écoute et la charité que l’ont pouvait percevoir malgré les questions que cela soulevait chez nous.
– Chantier sur le financement avec une amie coach Katharina Schauer et le représentant de l’Oeuvre d’Orient venu pour les 10 ans, Philippe Alcquier
– Balade au pont des Portugais et sanctuaire de saint Tkelele : découverte de la nature en Éthiopie, d’un saint orthodoxe et de la religiosité populaire
– Retrouvailles fraternelles après de nombreuses années
– Bénédiction du Centre Saint-Jean avec la présence du nouveau nonce apostolique, Mgr Camilleri.

Frère Benoît-David témoigne : “Ce qui m’a touché spécialement c’est de retrouver des frères que je n’avais pas vus depuis mes nombreuses années passées au Québec avant d’arriver ici, au prieuré d’Addis Abeba en septembre 2019. Ce sont aussi les partages et la collaboration que nous avons pu avoir sur les questions de financements. Et aussi d’apprendre la grandeur et la cohérence du projet qui se fait a Kara.Voir le projet Lumen Valley du prieuré de Kara au Togo

Ces journées ont été précédées par la première visite du vicaire de l’Afrique, frère Jean-Philippe et aussi celle de François-Frédéric, maître des études.

Tous ressortent émerveillés par ce qu’ils ont vécu et rendent Gloire à Dieu !

La famille Saint-Jean à Princeville (USA)

Publié le 20 janvier 2020

La ville de Princeville (USA, Illinois) est, avec Simbock (Cameroun), l’un des rares lieux dans le monde où sont représentées les trois branches religieuses de la Famille Saint-Jean.

A Princeville, les frères veulent donc être à l’écoute des diverses modalités de chaque communautés, vécues à l’intérieur d’un même charisme johannique. Cette attention respectueuse leur permet de bénéficier de l’apport, la complémentarité et les richesses propres à chacun et de les partager avec tous ceux que le Seigneur leur envoie.

Avec les sœurs apostoliques, ils partagent des apostolats auprès des enfants, des adolescents, des étudiants et jeunes professionnels. Ils travaillent ensemble à la préparation événements, de fêtes ou solennités dans un climat joyeux, désireux de donner le meilleur de l’esprit de saint Jean.

Un frère a ainsi eu la joie de prêcher la retraite des frères et des sœurs des prieurés d’Orange (USA) et de Terrebonne (Québec). Il a été saisi de la ferveur palpable de cette retraite où les frères et les sœurs partageaient chapelle et lieux communs, dans le respect et la simplicité des premières communautés chrétiennes.

Les trois branches sont également représentées lorsque les oblats et futurs oblats sont accueillis : non seulement font-ils vraiment partie de la Famille mais aussi suscitent-ils des ouvertures apostoliques qu’ils portent eux-mêmes ou avec les frères et sœurs.

Retraite annuelle de communauté au Mexique

Publié le 18 janvier 2020

Retraite de Communauté au Mexique

En ce début d’année 2020, les Frères et Sœurs de Saint-Jean des prieurés mexicains se sont réunis à Monterrey pour vivre ensemble leur retraite de communauté annuelle. Avant de partir, les frères se sont confiés à la prière de leurs paroissiens afin que “le Saint-Esprit agisse dans nos cœurs selon sa volonté et que nous puissions mieux servir l’Église”.

Cette année c’est frère Thomas Joachim, ancien Prieur général des Frères de Saint-Jean qui a prêché la retraite sur le thème de “la paix intérieure” à partir du psaume 23.

Les frères et sœurs rendent grâce pour un si grand cadeau : cinq jours emplis de paix et de “prairies d’herbe fraîche”. À l’issue de la retraite, une matinée de travail, comme chaque année, leur a permis d’aborder différents aspects de leur vie (liturgique, apostolique, fraternelle, etc.) dans leur mission au Mexique.

Psychanalyse et liberté à Terrebonne

Publié le 18 janvier 2020

Psychanalyse et flocons à Terrebonne

Le samedi 18 janvier, une bonne quarantaine de frères ont bravé la glace et la neige pour se pencher sur les travaux de Viktor Frankl, psychiatre renommé, à partir de son expérience dans les camps de concentration… Quel passionnant auteur pour réfléchir sur « un sens à sa vie ». Il fonda la « logothérapie », comme troisième branche de la psychanalyse, orientant le travail du patient sur l’axe qui fonde sa vie et non plus sur une relecture du passée. Finalité et conditionnement s’y retrouvent dans un heureux et fécond labeur.

N’hésitez pas à lire son témoignage et sa présentation de la logothérapie, petit ouvrage qui se parcourt comme un roman et passe très bien comme lecture de table ! « Découvrir un sens à sa vie » de Viktor Frankl.

Si vous êtes au Québec le 7 mars, nous poursuivrons notre quête sur la liberté en travaillant 
Le Divin et le divan de Macha Chmakoff et Vers l’autonomie psychique de Jeannine Guindon. Puis Aristote le 9 mai et enfin le colloque sur « Être libre » le 6 juin avec frère Thomas.
Inscriptions : colloquephilostjn@gmail.com
Pour les frères et les sœurs, suivront trois petites journées de travail sur la liberté avec frère Thomas dans un lieu proche du Ciel… et au bord d’un lac… Québec oblige ! Bienvenue !

Zoom sur le prieuré de Poponguine (Sénégal)

Publié le 17 janvier 2020

Frères de Poponguine

Le prieuré « Keur Mariama » de Poponguine (Sénégal) vit depuis 1986 au sein de la terre dédiée à la Sainte Vierge, invoquée sous le vocable de « Notre-Dame-de-la-Délivrande ».

Le Sénégal compte 95% de musulmans pour seulement 5% de chrétiens. Les deux religions vivent dans une certaine harmonie ; le dialogue et le sens de la famille en sont les principaux garants.

Depuis la rentrée pastorale 2019, le prieuré est composé de 5 frères :

  • Frère Jean-Christophe (oblat régulier, sénégalais)
  • Frère Elisée (Stagiaire, ivoirien)
  • Frère Christian-Marie (Prieur et curé, sénégalais)
  • Frère Marie-Guillaume (Vicaire, ivoirien)
  • Frère Bruno (Recteur du sanctuaire, Camerounais)

Leur mission se déploie sur deux champs d’action : la paroisse et le sanctuaire marial.

La paroisse occupe une place considérable dans la vie de l’archidiocèse de Dakar : elle abrite la basilique mineure Notre-Dame-de-la-Délivrande et accueille les nombreux pèlerins venant de tout le Sénégal et des pays voisins. C’est la paroisse du cardinal Hyacinthe Thiandoum, décédé en 2004, grâce à qui les Frères de Saint-Jean furent invités à s’implanter en terre sénégalaise. La pastorale paroissiale est fortement marquée par l’évangélisation de la famille, le dialogue inter-religieux et la pastorale sacramentelle.

Le sanctuaire constitue également une structure très importante, non seulement pour l’archidiocèse, mais pour toute l’Église du Sénégal. En effet depuis le 22 mai 1888, les missionnaires spiritains y ont initié un pèlerinage marial. L’année qui suivait, ils lançaient la construction de la première église qui deviendrait la paroisse de Poponguine. Les activités qui s’y déroulent sont réparties entre les pèlerinages, les retraites, les récollections, les visites. Le pèlerinage annuel à la Pentecôte est le rendez-vous incontournable des chrétiens.

En outre, de nombreuses demandes sont faites aux frères dans le domaine de la formation et la prédication. Ils interviennent ainsi auprès de divers groupes ou communautés religieuses, pour des conférences ou des retraites. Cet important besoin de la population mobilise actuellement la réflexion des frères pour trouver des solutions efficaces et adaptées à leur charisme.

Après plus de trente ans de présence sur place, les frères veulent témoigner de leur reconnaissance envers ceux qui les ont précédé au Sénégal et rappellent qu’ils sont toujours heureux d’accueillir des hôtes dans leur modeste, mais non moins chaleureuse hôtellerie.

Le site du Sanctuaire Notre-Dame-de-la-Délivrande

Nouvelle publication : Aletheia N° 55

Publié le 31 décembre 2019

Publication N°55 d'Aletheia

Le 55e numéro d’Aletheia est paru en décembre 2019. Il a pour titre la question suivante “Quelle théologie de la création face au défi de l’écologie ?”

Sommaire

Télécharger le sommaire

Quelle théologie de la création face au défi écologique ?

La théologie de la création continuée et la critique thomasienne de ce concept – M. Fabien Revol
La rédemption de l’univers créé dans le Christ selon saint Thomas d’Aquin – Fr Martin S.
La relation entre l’homme et la nature interrogée par l’écologie – P. François Euvé, s.j.
L’anthropologie de saint Thomas d’Aquin est-elle anthropocentrique ? – Fr. François-Frédéric L.
L’homme medium entre les créatures corporelles et Dieu selon le Commentaire des sentences de saint Bonaventure – Fr. Jean-Polycarpe S.
L’homme ordonné à Dieu et à l’univers selon saint Thomas d’Aquin – Fr. Emmanuel Perrier, o.p.

Études

Le beau et le bien (2/2) – Fr. Stéphane-Marie B.
L’attention qui stimule le bien (2/2), sur Amoris Laetitia VIII – Fr. Édouard Divry o.p.
La théologie du charisme selon et depuis Vatican II – Sr Noëlle Hausman, s.c.m.

Éditorial

Du 13 au 15 décembre 2019, s’est tenu à Notre-Dame de Rimont, studium de théologie de la Communauté Saint-Jean, le colloque intitulé : « Quelle théologie de la création face au défi écologique ? ». Comme le titre ne l’indique pas, il s’agissait aussi d’un colloque sur la pensée de saint Thomas d’Aquin et son actualité. Ainsi prenait fin le cycle commencé avec le colloque de mai 2017 sur « Croire dans l’évangile de saint Jean » (les actes en sont parus dans le n° 50 d’Aletheia) et poursuivi par le colloque suivant, sur Aristote, en avril 2018 (actes dans Aletheia n° 52). Nous avions en effet voulu travailler sur trois sources majeures pour les études dans la Communauté : l’évangéliste Jean, Aristote et enfin Thomas d’Aquin.

Pourquoi avoir choisi de confronter la théologie thomasienne sur la création avec l’écologie ? Les organisateurs avaient refusé de faire de l’archéologie ou de la pure érudition. Leur souci était de dialoguer avec les préoccupations contemporaines. Or parmi celles-ci est monté ces dernières années le défi écologique. L’Église catholique en parlait depuis Paul VI au moins, mais la prise de conscience en son sein s’est accélérée avec la publication en 2015 de l’encyclique Laudato si’ du pape François.

La conviction qui nous a animés durant ce colloque peut être résumée par l’affirmation du pape dans cette encyclique : « les paradigmes de pensée influent réellement sur les comportements » (Laudato si’, n° 215).
L’écologie mérite une pensée théologique qui puisse aider à repenser les relations entre l’homme, Dieu et la nature. Cela réclame en conséquence une réflexion en théologie de la création. La question que nous nous sommes posés fut donc : saint Thomas d’Aquin, en particulier sa théologie de la création et du gouvernement divin du monde créé, garde t-il une pertinence pour une approche chrétienne de l’écologie, aujourd’hui ?
La rédaction

Présentation des contributeurs

P. François Euvé : Jésuite, scientifique de formation et théologien, enseignant au Centre Sèvres à Paris. Dirige depuis 2013 la revue Études. A notamment publié sa thèse de théologie : Penser la création comme jeu, Cerf, 2000 ; puis, avec Brigitte Cholvy et Jérôme Alexandre, les collectifs L’action créatrice. Ce qu’en dit la théologie, Desclée de
Brouwer, 2012, et Pour une spiritualité du cosmos: découvrir Teilhard de Chardin, Salvator, 2015.

Fr. François-Frédéric Lot : Frère de Saint-Jean, Maître des études de sa Congrégation depuis 2016. A écrit sa thèse de doctorat en philosophie sur Les degrés du savoir de Jacques Maritain. A été Doyen de la faculté de philosophie de l’Université Catholique d’Afrique de l’Ouest à Abidjan de 2001 à 2005. Enseigne aux Studiums des Frères à Rimont et à Saint-Jodard.

Fr. Emmanuel Perrier : Dominicain de la Province de Toulouse, enseigne à Toulouse au Studium de théologie de la Province et à l’Institut Saint Thomas d’Aquin (ISTA). A publié La fécondité en Dieu. La puissance notionnelle dans la Trinité selon saint Thomas d’Aquin, Parole et Silence, 2009, et sa thèse vient de paraître : L’attrait divin. La doctrine
de l’opération et le gouvernement des créatures chez Thomas d’Aquin, « Bibliothèque de la Revue thomiste », Parole et Silence, 2019.

M. Fabien Revol : théologien et enseignant-chercheur à l’Université catholique de Lyon, dans le cadre du Centre interdisciplinaire d’Ethique dont il est le coordinateur. Directeur-adjoint du laboratoire « Ethique Personne & Société » et Titulaire de la Chaire Jean Bastaire « Pour une vision chrétienne de l’écologie intégrale. Théologie, éthique et spiritualité ». A notamment publié Le Temps de la Création, Cerf, 2015. Il a aussi dirigé des collectifs, comme La réception de l’encyclique Laudato si’ dans la militance écologiste, Cerf, 2017, et Penser l’écologie dans la tradition catholique, Labor et Fides, 2018.

Fr. Martin Sabathé : Frère de Saint-Jean, Maître des études de sa Congrégation de 1999 à 2007 puis de 2010 à 2016. Enseigne au Studium des Frères à Rimont. A publié sa thèse de théologie : La Trinité rédemptrice dans le commentaire de saint Jean par Thomas d’Aquin, « Bibliothèque thomiste, 62 », Vrin, 2011.

Fr. Jean-Polycarpe Seys : Frère de Saint-Jean, enseigne aux Studiums des Frères à Rimont et à Saint-Jodard. Doctorant sur saint Bonaventure à l’Université Pontificale Saint Thomas d’Aquin (Angelicum) à Rome.

Publication N°55 d'AletheiaRevue philosophique et théologique de l’École Saint-Jean
Aletheia N° 55 – Décembre 2019

Commander la version papier en adressant votre demande et un chèque de 18 € plus la poste : France 5,82 €
ou disponible dans les parloirs vente des prieurés.
Secrétariat de la revue Aletheia – N.-D. de Rimont
71390 Fley (France)

Jubilés de professions et d’ordinations

Publié le 30 décembre 2019

Jubilé des frères de Saint-Jean

L’année 2019 nous donne l’occasion de rendre grâce pour nos frères qui fêtent leur anniversaire de profession religieuse ou d’ordination sacerdotale.

Les 40 ans de profession religieuse de :
Frère Marie-Jean (le 05/06/2019)
Frère Marie-Benoît (le 05/06/2019)
Frère Jean-Philippe C. (le 05/06/2019)
Frère Christophe-Marie (le 21/12/1979)
Frère Jean-Benoît (le 21/12/1979)
Frère Jean-François-Marie L. (le 21/12/1979)
Frère Jean-Patrice (le 21/12/1979)
Frère Stéphane-Marie (le 21/12/1979)

Les 30 ans de profession religieuse de :
Frère Johan D. (le 02/02/2019)
Frère Régis-Marie (le 12/03/2019)
Frère Jean-François-Marie Z. (le 15/05/2019)
Frère Jean-Joseph (le 15/05/2019)
Frère Philippe-Joseph (le 15/05/2019)
Frère Renaud-Marie (le 15/05/2019)
Frère Tarcisius de l’Assomption (le 15/05/2019)
Frère Bruno-Joseph (le 31/05/2019)
Frère Jean-Daniel (le 27/12/1989)

Les 20 ans de profession religieuse de :
Frère Marie-Joseph N. (le 25/03/2019)
Frère Jean-Gabriel A. (le 25/03/2019)
Frère Michael Therese (le 25/03/2019)
Frère Irénée (le 25/03/2019)
Frère Jean-Théotokos (le 24/05/2019)
Frère Basile (le 24/05/2019)
Frère Emmanuel de la Croix (le 24/05/2019)
Frère Martin de la Croix (le 24/05/2019)
Frère Abel (le 24/05/2019)
Frère Jurek (le 24/05/2019)
Frère Baudouin (le 24/05/2019)
Frère Alain-Dominique (le 24/05/2019)
Frère Jean du Sacré-Cœur (le 24/05/2019)
Frère Marie-Étienne (le 01/10/2019)
Frère John Michael Paul (le 01/10/2019)

Les 50 ans de sacerdoce de :
Frère Samuel-Bernard (le 30/06/2019)

Les 40 ans de sacerdoce de :
Frère Marie-Thomas (le 08/09/2019)

Les 30 ans de sacerdoce de :
Frère Jean de Dieu (le 08/04/2019)
Frère Gabriel H. (le 02/07/2019)
Frère Hervé-Marie (le 02/07/2019)
Frère Jean-Pierre-Marie G.B. (le 02/07/2019)

Les 20 ans de sacerdoce de :
Frère Philippe-Alphonse (le 13/04/2019)
Frère Gilbert (le 27/06/2019)
Frère Gabriel L. (le 03/07/2019)
Frère Jean de la Croix (le 03/07/2019)
Frère Jean-Augustin (le 03/07/2019)
Frère Jean-Frédéric (le 03/07/2019)
Frère Johannes (le 05/07/2019)
Frère Sébastien-Marie (le 05/07/2019)

Deo Gratias !

Campus de l’Institut Saint-Jean au Cameroun

Publié le 14 décembre 2019

Futur campus de l'Institut Saint Jean au Cameroun

Au mois de décembre 2019, l’Institut Saint-Jean au Cameroun a connu deux événements majeurs : la cérémonie de remise des diplômes de licence à la première promotion de ce cycle et la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau campus.

Cette deuxième cérémonie a eu lieu le samedi 14 décembre 2019 sur le site du futur campus de l’institut situé à proximité du commencement de la nouvelle autoroute Douala-Yaoundé. Le représentant du sous-préfet, le maire, le chef du village d’Eyang – le village qui accueille le campus – étaient présents, ainsi que de l’un des donateurs, venu de Londres les visiter.

Le futur campus est bâti sur un site de 6 ha et il comprendra d’une part les bâtiments nécessaires pour le fonctionnement de l’Institut : salles de cours, laboratoires, amphithéâtres, bureaux et espaces d’accueil, mais aussi les bâtiments nécessaires pour l’accueil des étudiants, logements, chapelle et aumônerie, terrains de sport.

Rappelons que l’Institut Saint-Jean existe depuis septembre 2017, à l’initiative des Frères de Saint-Jean du prieuré de Yaoundé (Vogt) et qu’il compte actuellement 300 étudiants. Il offre pour l’instant deux formations différentes : un cycle de trois ans qui se termine par l’obtention d’une licence professionnelle en informatique et un cycle de cinq ans qui conduit à l’obtention d’un diplôme d’ingénieur, spécialité informatique. Cette fondation est parrainée entre autres par l’Université de Technologie de Troyes (UTT) en France, université qui suit la mise en place des programmes et des méthodes d’enseignement et qui garantit aussi la validité internationale du diplôme.

Pour cette équipe, proposer une formation professionnelle, humaine et chrétienne qui soit de qualité leur semble une œuvre essentielle aujourd’hui au Cameroun. Aussi ils confient ce projet à vos ferventes prières, car il requiert beaucoup de travail dans cette période de fondation où ils doivent faire des choix qui orienteront toute la suite du développement de l’Institut Saint-Jean. De plus, bien qu’ayant déjà reçu un certain nombre de dons, ils sommes encore à la recherche d’autres dons pour parvenir à mener à bien l’intégralité du projet.

Visiter le site de l’Institut Saint-Jean au Cameroun

Retour sur les débuts de l'Institut Saint-Jean en 2017

Retour sur le Conseil du Prieur Général

Publié le 11 décembre 2019

Cinq ou six fois par an, le Prieur Général réunit son Conseil “élargi”, composé de douze frères (le Maître des Etudes, le Vicaire Général, sept conseillers vicaires, deux conseillers non vicaires, et un secrétaire) pour une semaine de travail intensif. Généralement ce « CPG » (Conseil du Prieur Général) a lieu dans tel ou tel prieuré de France, mais cette fois-ci, au lendemain du Chapitre Général, il a semblé opportun au Conseil de le faire à Rome.

Logés au séminaire pontifical français, à cinq minutes à pieds du prieuré des frères de la place Navone, ils pouvaient ainsi accéder facilement au Vatican, tout comme accueillir des intervenants au milieu d’eux. Pourtant, le travail du CPG lui-même aurait été suffisant pour remplir toute une semaine. En effet, en plus des affaires courantes, les six « chantiers » qui occuperont notre Prieur Général, frère François Xavier, et son gouvernement dans les prochaines années, doivent être entamés, ou continués, dans la ligne du Chapitre Général : la décentralisation du gouvernement, la restructuration des missions, le travail sur notre charisme et notre fondateur, la qualification de la vie fraternelle, la gestion des abus, et la formation. La répartition du travail et l’échéancier ont été fixés, et les premières commissions ont rendu leurs rapports.

Mais pour demander et recevoir encore davantage l’aide de l’Eglise, les frères ont pu vivre de nombreuses et belles rencontres :  une visite de deux heures chez Mgr José Rodriguez Carballo, secrétaire de la Congrégation des Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, ainsi qu’une présentation du fonctionnement de cette congrégation romaine. Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, est venu au séminaire pour prier avec les frères et parler avec eux, ainsi que Sœur Marie-des-Anges, qui travaille à la Secrétairerie d’Etat, et le père Gianfranco Ghirlanda, canoniste et ancien recteur de l’université grégorienne. Tous ont pu partager leur travail, répondre aux questions des frères et prodiguer de précieux conseils sur la manière d’avancer main dans la main avec l’Eglise. Le Conseil a également pu rendre visite aux frères dominicains de Sainte-Sabine (Maison générale de l’Ordre), rencontrer longuement le prieur et le procurateur, et même saluer le Maître de l’Ordre, le frère Gerard Timoner, à l’occasion du repas.

Nous avons rencontré à la Curie des hommes et des femmes profondément dévoués à leur service d’Eglise, travaillant souvent dans l’ombre, et dans l’humilité, bien conscients aussi des faiblesses de tout groupe humain. “Nous avons reçu, en plus de précieuses indications, de nombreux encouragements et l’assurance de la confiance de nos autorités romaines” témoigne ainsi frère Luc. “Confions le travail et la route de la Communauté à Marie Mère de l’Eglise, et prions les uns pour les autres“.

mattis libero. diam Nullam Aliquam odio