Professions perpétuelles et ordinations 2019

Publié le 26 avril 2019

Faire-part des professions perpétuelles 2019 des Frères de Saint-Jean

” Seigneur tu m’as séduit… ” Jérémie 20, 7

Frère Thomas, les Frères de Saint-Jean et les familles des frères sont heureux de vous faire part de la profession perpétuelle des frères

John FRANCIS (USA)
John of the Eucharist MALIFICAR (Philippines)
Moïse-Etienne NGOUBE EDJEKA (Cameroun)
Paul-Raphaël SETCHI (Côte d’Ivoire)

Ils vous invitent à participer ou à vous unir par la prière à la Messe de profession qui sera célébrée en la Solennité de la Pentecôte le dimanche 9 Juin 2019 à 14h30 en la Basilique du Sacré-Cœur à Paray-le-Monial

Faire-part des ordinations 2019 des Frères de Saint-Jean

” Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. ” Mc 16, 15

Son Excellence Monseigneur Benoît RIVIÈRE, évêque d’Autun, Chalon et Mâcon, le Prieur général des Frères de Saint-Jean, les Frères de Saint-Jean et les familles des frères sont heureux de vous faire part

de l’ordination sacerdotale des frères

Arnaud-Charbel CUVELIER (France)
Charles-Emmanuel FOUGÈRE (France)
Emmanuel-Dorgeles KOUAMÉ (Côte d’Ivoire)
João-Paulo SANTIAGO (Brésil)

et de l’ordination diaconale des frères

Benedict-Charbel vom Kreuz TELESKLAV (Autriche)
Charles-Philippe MBIA (Cameroun)
David TOLNO (Guinée)
Mattheus VAN DORP (Pays-Bas)

Il vous invitent à participer ou à vous unir par la prière à la messe d’ordination le samedi 29 Juin 2019 à 10h30 en la Basilique Notre-Dame de la Miséricorde d’Ars-sur-Formans.

La messe sera présidée par Son Excellence Monseigneur Benoît RIVIÈRE, évêque d’Autun, Chalon et Mâcon.

Le Festival du Jubilé : la Sainte Famille vous invite à Cotignac

Publié le 25 avril 2019

Jubilé le festival Cotignac 500

À l’occasion des 500 ans des apparitions de Marie au Sanctuaire Notre-Dame de Grâces, la Sainte Famille vous invite à Cotignac du 10 au 16 août 2019. Venez puiser à sa source !

Au programme de chaque jour : enseignements, partages, ateliers interactifs, tables rondes, prières, veillées festives ou spirituelles, concert, activités pour des enfants et les adolescents…

Le Festival est l’occasion de vivre une démarche jubilaire, seul ou en famille, en visitant les espaces historiques et ceux créés pour le Jubilé.

Qui es-tu, Comblée de grâces ?

À la découverte des visages de Marie :

10 août : Anniversaire des apparitions. Marie Mère et Maîtresse de vie spirituelle.
Messe d’ouverture présidée par Mgr Rey.

11 août : Marie Médiatrice de grâces.
Messe présidée par Cardinal Barbarin.

12 août : Marie Mère du bel Amour.
Messe présidée par Mgr Gobillard.

13 août : Marie de la nouvelle évangélisation.
Messe présidée par Père Daniel Ange.

14 août : Marie Mère de l’espérance.
À 21h00 Concert de louange avec Hopen.

15 août : Marie Reine de tous les Saints.
Messe présidée par Mgr Rey avec prédication par Mgr Malle.

Voir le programme détaillé

vitrail sanctuaire Cotignac

Nouvelles des frères d’Addis-Abeba et témoignage

Publié le 24 avril 2019

Nouvelles d’Addis-Abeba

Albane et Thomas ont passé un mois d’été à aider les frères de Saint-Jean à Addis-Abeba dans la mission des camps de jeunes. Ils ont découvert ce pays d’Éthiopie où les frères sont implantés depuis bientôt 10 ans. Voici le récit des découvertes de ces jeunes pour vous introduire aux spécificités de la mission des frères et de ce pays. Le chantier dont il est question dans la lettre correspond à la première phase du projet de construction – le prieuré – qui est aujourd’hui achevée : les frères vivent depuis août 2018 dans ce nouveau lieu tout en surveillant la construction du bâtiment d’hôtellerie qui doit finir en juin prochain avant de commencer l’érection d’une église de 200 places. Pendant l’année, avec deux frères étudiants, les frères continuent leur auprès des jeunes (orphelins, école de vie, étudiants, etc…), des séminaristes et de la communauté francophone, et préparent déjà activement les prochains camps d’été.

Témoignage

Deux étudiants parisiens, Albane et Thomas, sont partis pour un mois avec l’œuvre d’Orient en Éthiopie à la rencontre de l’une des plus anciennes traditions du christianisme. Ils nous partagent par ce témoignage leur expérience de service auprès des chrétiens d’Orient en lien avec les Frères de Saint-Jean à Addis Abeba.

” J’ai découvert le christianisme éthiopien et cette culture orientale à part entière au cours d’un voyage …en Terre Sainte, à Jérusalem. Sur le toit du Saint-Sépulcre, lieu de la mort et de la résurrection du Christ, trônent quelques cellules monastiques habitées par des moines éthiopiens. Dans leur petite chapelle adjacente au Saint Sépulcre, j’avais pu assister à un office en guèze, la langue liturgique de l’orthodoxie éthiopienne. Mon premier contact avec ce monde m’avait particulièrement enthousiasmé et je n’avais eu de cesse de vouloir en savoir plus sur ce christianisme multiséculaire, ignoré d’une grande partie de l’Occident. Pourtant, l’Ethiopie est le deuxième pays à avoir été évangélisé.

Deux ans après, j’avais le désir de servir les chrétiens d’Orient. Après avoir sollicité l’Œuvre d’Orient avec une amie, on nous a attribué une mission en Ethiopie, un pays que je connaissais donc un petit peu. Nous sommes deux étudiants en médecine parisiens à partir (Albane et Thomas) et nous avons rejoint trois volontaires français de l’Œuvre déjà arrivés au prieuré des frères de Saint-Jean à Addis Abeba, la capitale éthiopienne.

Notre premier contact avec l’Ethiopie, c’est sa capitale : Addis Abeba est une ville en pleine expansion à 2600m d’altitude, au cœur des hauts plateaux d’Afrique de l’Est. Nous sommes frappés par l’urbanisation anarchique et les axes de circulation saturés. Elle est le siège de l’Union Africaine et donc pleine de représentations diplomatiques.

Les frères de Saint-Jean (5 actuellement) ont un prieuré depuis 10 ans au sein de cette ville et ils sont lancés actuellement dans la construction d’un nouveau centre qui sera un lieu de vie et de formation pour les catholiques d’Ethiopie et les étrangers de passage, mais aussi la paroisse francophone d’Addis et donc toutes les fonctions rattachées.

En effet, en Ethiopie les catholiques sont ultra-minoritaires, ils ne représentent que 1% de la population pour 60% d’orthodoxes et 30% de musulmans (qui progressent d’ailleurs rapidement).

Pendant un mois nous avons eu la chance de vivre avec les frères (en participant à leur vie communautaire et de prière) et avons aidé sur le chantier du nouveau prieuré ; Mais nous sommes venus dans ce pays surtout pour encadrer deux camps d’été.

Le premier se déroula au sud du pays, à Sodo. Nous avons vécu pendant une semaine avec des enfants venant d’orphelinat d’Addis et de la ville de Sodo. La journée se déroulait autour de jeux, d’enseignements des frères (dont certains parlent couramment l’amharique, la langue nationale), des temps de prières…

La difficulté résidait peut-être dans la barrière de la langue. Beaucoup d’éthiopiens ne parlent pas anglais et même les jeunes ne se comprenaient pas entre eux car les enfants du sud n’appartiennent pas à la même ethnie et n’ont pas la même langue maternelle que ceux d’Addis !
Pour autant, nous avons pu tisser des vrais liens avec ces enfants et nous restons marqués par leurs beaux sourires et leur joie ; par la tristesse des adieux aussi. Les sœurs de la charité qui s’occupent d’eux durant l’année mènent une tâche difficile et remarquable.

Durant la première semaine, nous avons fait l’expérience de la ferveur éthiopienne, avec ces messes toujours très animées par des chants, des danses et des costumes bariolés. La foi en Dieu et la générosité des éthiopiens sont immenses malgré la grande pauvreté et le dénuement de la majorité de la population.

De retour à Addis, nous avons eu la chance de partir à l’Est de l’Ethiopie avec les autres volontaires pour visiter Harar, la quatrième ville sainte de l’Islam. Elle est dotée d’une magnifique vieille ville fortifiée ou se succèdent des dédalles de ruelles et de marchés toujours très animés.

C’est à Harar que fut construite la première église catholique d’Ethiopie. Nous nous arrêtâmes un moment dans cet édifice pour confier notre mission et les personnes rencontrées durant ce périple.

Ces quelques jours nous firent prendre conscience de l’exceptionnelle complexité de ce pays, où peuvent se superposer les appels à la prière des mosquées et les hauts parleurs toujours très forts des églises orthodoxes.

Après un peu de travail sur le chantier du nouveau prieuré, nous prîmes la direction du lac d’Awassa, au sud du pays pour notre dernier camp, cette fois avec des jeunes de 15 à 17 ans. Nous vivions autour du lac sans eau ni électricité.
Les jeunes parlaient très bien anglais et nous avons pu facilement créer un lien avec eux et comparer nos différentes cultures. Les européens que nous sommes étions réellement dépaysés puisque nous apercevions depuis la rive hippopotames, varans, oiseaux de toutes sortes…

Cette semaine de camp nous a encore beaucoup appris sur le don de soi. Notre propre foi a pu aussi évoluer au côté des éthiopiens et des frères toujours là pour nous accompagner.

Pour achever ce voyage, nous avons découvert avec Albane « la Jérusalem noire », Lalibela. Cette ville est jonchée à 3000m d’altitude à 900km au nord d’Addis. C’est un site extraordinaire qui rassemble onze églises monolithes creusées à même le roc. Lalibela naquit de la volonté du roi Lalibela (XIIème siècle) de construire une nouvelle Jérusalem pour les éthiopiens. Elle rassemble donc naturellement un Jourdain, un Golgotha, un Mont des Oliviers…

Lalibela est encore un grand lieu de pèlerinage pour les orthodoxes, surtout à l’occasion de la fête de Timkat le 19 janvier où les éthiopiens célèbrent le baptême du Christ.

Nous avons été émus de voir la ferveur dans ces églises, ces femmes éthiopiennes et leur immense châles immaculés en signe de déférence, les prières ininterrompues des vieux prêtres du clergé local, gardiens de ce patrimoine. Lalibela fut le point culminant de notre voyage, par sa beauté architecturale, sa dimension mystique et historique, par sa symbolique aussi.

Nous avons été bousculés durant ce mois, dans nos habitudes surtout.

Mais ces moines « des premiers temps », ce christianisme originel qui descend, selon la légende, de l’union de la Reine de Sabah et du Roi Salomon , ces hauts plateaux à perte de vue nous ont transcendé et nous repartîmes d’Ethiopie avec la hâte de pouvoir raconter notre expérience dans ce pays méconnu de nos contemporains ;

En Afrique de part sa géographie mais pleinement ancré en Orient par ses traditions et sa liturgie. ”

Albane et Thomas 

Nouveau CD

Publié le 22 avril 2019

J’ai vu et je témoigne : le CD de l’Ensemble Saint-Jean

Ensemble Saint-Jean : sortie de l'album J'ai vu et je témoigneUn disque vient de sortir, sous le parrainage de Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris avec à sa direction artistique deux oblats, un aumônier frère de Saint-Jean, et dans les chanteurs et instrumentistes : des oblats et des proches de la Famille Saint-Jean.

La jeunesse de l’Apôtre Saint Jean, son enthousiasme à suivre Jean-Baptiste puis Jésus jusqu’à la Croix. Son amour fou pour la Vierge Marie jusqu’à la prendre chez lui. Son écriture et son témoignage si fort et profond qu’il traverse tous les âges pour venir jusqu’à nous. Celui qui est surnommé « Boanerguès », c’est-à-dire fils du tonnerre, nous l’avons suivi, nous avons mis nos pas dans les siens comme nous y invitait le synode des jeunes. Alors, chaque compositeur, chaque chanteur ou instrumentiste de l’Ensemble Saint Jean peut dire « J’ai vu et je témoigne ». Ce CD est un fruit du synode des jeunes, il est un témoignage vivant de jeunes chrétiens qui chantent ce qu’ils ont entendu, ce qu’ils ont vu de leurs yeux, ce qu’ils ont contemplé et ce que leurs mains ont touché (1Jn 1.1). L’amour, ici, s’incarne dans la charité vécue, dans le chant donné, dans la contemplation des textes de Saint Jean. Il devient vivant à travers ses voix qui prient en chœur. Alors, le chant n’en reste pas à une beauté qui nous ravit, mais il devient prophétique, en nous révélant Celui qui est caché et qui seul nous comble.

Le projet est né à la suite de l’annonce du Synode des jeunes. L’Église nous invite à sortir de nous-mêmes et à annoncer le Christ, tout en nous donnant la personne de Saint Jean comme modèle des jeunes. La Tradition nous enseigne que le jeune apôtre Jean est le contemplatif par excellence. Il nous conduit d’une manière particulière à une prière silencieuse et aimante. Avec Lui, le chant devient habité d’une Présence qui fait vibrer notre cœur.
Nous avons voulu soutenir la mission prophétique particulière de jeunes artistes, en leur proposant d’exercer leur talent autour de l’apôtre de la Jeunesse. Toutes ces compositions suivent un fil conducteur qui mène l’auditeur à l’intériorité et à la méditation, par un cheminement progressif dans les rythmes et l’intensité. Ce fil rouge se déroule telle une veillée de prière : louange, invocation à l’Esprit Saint, chants méditatifs puis chants à la Vierge Marie. Chants polyphoniques, a cappella ou accompagnés, chacun s’imprègne de la spiritualité johannique comme une source d’inspiration, pour nous amener à l’expérience d’une rencontre. Notre CD a pour finalité de toucher les cœurs par des compositions simples, qualitatives et profondes.

L’Ensemble Saint-Jean

Ce groupe de jeunes, compositeurs, instrumentistes et chanteurs, s’inspire de la spiritualité de l’apôtre Saint Jean. Rassemblés afin de témoigner par la musique polyphonique, ils ont vécu l’expérience de Saint Jean : une rencontre qui apporte la paix intérieure. C’est cette rencontre que l’Ensemble Saint-Jean offre à travers les chants de son premier album : “J’ai vu et je témoigne”.

Ensemble Saint-Jean : sortie de l'album J'ai vu et je témoigne

Journées de Pentecôte

Publié le 7 avril 2019

Journées de Pentecôte

« L’Esprit de vérité qui vient du Père » Jn 15,16

La famille Saint-Jean est heureuse de vous convier aux journées d’engagement des frères et sœurs qui auront lieu à Paray-Le-Monial du 8 au 10 juin 2019.

Elle vous invite à venir soutenir l’offrande de ses futurs profès perpétuels et oblats séculiers par vos prières et votre présence.

Programme

Samedi 8 Juin

13h30 : Accueil
15h30 : Messe de professions perpétuelles des sœurs apostoliques
18h00 : Premières Vêpres de la Pentecôte
18h30 : Dîner
20h30 : Veillée de prière

Dimanche 9 Juin

8h30 : Laudes
9h15 : Enseignement
10h30 : Lectio Divina
11h45 : Oblatures séculières
12h30 : Déjeuner
15h30 : Messe de professions perpétuelles des frères
18h30 : Dîner
20h45 : Veillée de la Famille Saint-Jean.

Lundi 10 Juin

8h15 : Laudes
9h00 : Enseignement
10h30 : Messe d’action de grâce
12h30 : Déjeuner
15h00 : Prière d’envoi

Pour toute autre information ou question, vous pouvez écrire à : pentecote@stjean.com
Les inscriptions sont closes depuis le 29 mai 2019.

Quatre frères prennent l’habit à Saint-Jodard

Publié le 31 mars 2019

Prises d'habit chez les Frères de Saint-Jean

En ce dimanche de Laetare, la chapelle Saint Jean-Louis Bonnard de Saint Jodard est comble. Les familles et amis des frères novices sont venus les entourer pour leur prise d’habit. Au cours de la cérémonie, les frères ont également reçu un nouveau nom. C’est ainsi que frères Baudouin-Marie, Raphaël, Jean-Baptiste de l’Agneau et Pacifique ont quitté leurs melottes pour recevoir l’habit des Frère de Saint-Jean.

À la suite de la cérémonie, la messe dominicale du dimanche de Laetare a rassemblé la communauté dans l’action de grâce. L’homélie de frère Thomas les a introduits dans le mystère de la logique du don.

Enfin, un repas de fête a achevé cette journée dans la joie !

Professions simples de frère Jeremiah et frère John Gabriel

Publié le 31 mars 2019

Professions simples chez les Frères de Saint-Jean à Cebu aux Philippines

En action de grâce pour l’appel des frères Jeremiah et John Gabriel qui ont fait leur profession simple dimanche de Laetare, le 31 mars dernier, à la chapelle du prieuré des frères Notre-Dame de la Présentation à Banawa Cebu City aux Philippines. Que le Seigneur les garde fidèle à leur oui !

La messe a eu lieu après une conférence spirituelle et la prière du milieu du jour ; suivie d’un déjeuner auquel familles et amis des frères et profès ont participé dans la joie.

L’École de Vie des Philippines en mission

Publié le 27 mars 2019

L'école de vie de Cebu en mission à Bohol

La dernière grande mission de l’École de Vie de Cebu s’est déroulée à Bohol où les jeunes accompagnés par des Sœurs et des Frères de Saint-Jean ont trouvé chez les habitants de Jagna et Anda un accueil très généreux et une hospitalité merveilleuse.

Chaque jour, ils se déplaçaient par paires dans différents barangays (quartiers ou villages). Ils rendaient visite à cinq ou six familles et terminaient la journée par une activité ou un catéchisme nocturne pour les jeunes dans la chapelle du barangay visité.

Leur semaine de mission s’est achevée sur l’activité culminante d’une journée entière auprès de la jeunesse pour parler et échanger sur les médias sociaux la fréquentation chrétienne. Ces échanges ont été pour les jeunes une expérience palpitante !

Ermitage Regina Caeli à Denver, Colorado

Publié le 19 mars 2019

Hermitage Regina Caeli des Frères de Saint-Jean à Denver, Colorado

L’ermitage Regina Caeli a des nouvelles passionnantes à partager : avant que la neige ne commence à fondre, deux nouveaux chalets ont tout ” fraîchement ” été installés pour permettre à des retraitants de se retirer pour vivre des retraites individuelles. Nommés ” Patience ” et ” Fidélité ” ils représentent un lieu tout désigné pour la prière.

Ces chalets de prière sont destinés aux personnes courageuses, voire téméraires, car ils ne contiennent ni électricité, ni eau courante, ni tout à l’égout, ni gazinière ! Cependant, ils sont équipés d’un poêle à granulés bois pour se chauffer et de lanternes rechargeables pour l’éclairage. Les douches et les toilettes sont accessibles à la Maison du Dôme, où les retraitants peuvent également accéder à un point d’eau, à moins d’apporter sa propre boisson. Les ermites doivent apporter des aliments déjà préparés et prêts à manger car il n’y a pas de cuisine dans ces chalets. Mais Gigi Kaiser, la coordinatrice des retraites peut aussi préparer des repas chauds dans des thermos. Aux côtés de Gigi se trouvent son mari, Tom : directeur et frère Francis of the Child Jesus : l’intendant.

Dans cet environnement simpliste et rustique, on peut vivre l’expérience de la présence du Seigneur dans le silence et la solitude, ce qui en vaut le prix – solo Dio basta ! Prochainement, un troisième chalet de prière nommé ” Peace ” sera achevé mais il fait encore l’objet d’une rénovation. Il sera également disponible pour se retirer en ermite dans la nature.

En savoir plus sur l’ermitage Regina Caeli

Communiqué de presse

Publié le 5 mars 2019

Logo des Frères de Saint-Jean

 

 

 

Le 5/03/2019,

À la suite du témoignage bouleversant d’une victime du père Marie-Dominique Philippe diffusé ces derniers jours, les Frères de Saint-Jean tiennent en premier lieu à redemander pardon à toutes les victimes de celui-ci.

Les Frères de Saint-Jean condamnent toute situation d’abus sexuel et de pouvoir et réaffirment leur engagement, en communion avec le Pape François, dans la lutte contre les abus. Ils ont conscience de porter une histoire communautaire d’environ 45 ans marquée douloureusement, par les abus sexuels de leur fondateur – révélés en 2013 sur la propre initiative du Prieur général – et ceux commis par des frères, ainsi que par les erreurs passées dans la gestion de cas d’abus sexuels, notamment par manque de prise de conscience de la souffrance des victimes et par manque de formation et de procédures.

Des dysfonctionnements tels que ceux qui ont eu lieu dans le passé ne seraient plus possibles aujourd’hui et ce depuis plusieurs années. Et tout cas signalé est traité conformément à la justice civile et ecclésiastique.

Nous comprenons que des victimes puissent toujours être en colère vis-à-vis de notre Communauté. Dans un courrier adressé à tous les frères pour faire le point sur cette question douloureuse des abus, le Prieur général écrivait le 20 février dernier1 « Je veux profiter de ce courrier pour demander pardon aux victimes qui ne se sont pas senties assez écoutées et/ou accompagnées (…). Je veux demander pardon aux victimes de notre fondateur ou à celles d’un de nos frères ».

Un travail important a été entrepris avec courage et détermination depuis des années par le gouvernement des Frères de Saint-Jean afin que les erreurs et les fautes du passé ne se reproduisent plus. Le 18 février 2019, le Vatican a adressé un courrier1 au Prieur général, « reconnaissant le travail entrepris, [le Dicastère] souhaite encourager tous les Frères et Sœurs de Saint-Jean à poursuivre ce chemin, humblement, avec courage, confiance et détermination. »

Le Prieur général dans son courrier aux frères du 20 février 2019 précise : « Pour lutter contre les abus multiples et la culture interne qui les a rendus plus facilement possibles, il fallait au moins travailler sur quatre plans : 1) la formation des frères ; 2) la possibilité pour les victimes d’être tout de suite entendues ; 3) la possibilité de traiter sérieusement et rapidement les cas qui se présentent ; 4) la possibilité d’accompagner les victimes d’abus et de les aider vraiment ». En effet, depuis plusieurs années, de nombreuses actions ont été mises en œuvre et ont porté à la fois sur le discernement, la formation initiale et continue des frères sur les questions de vie affective et sexuelle, la prévention de la pédophilie, l’accompagnement spirituel, les procédures en cas de témoignages mettant en cause un frère, avec en particulier la création d’une commission en 2015 comportant notamment deux laïcs dont une psychologue, et qui implique une totale collaboration avec Rome et les autorités civiles. Pour tout cela, nous faisons appel à des personnes compétentes extérieures à la communauté.

Nous rappelons que toute personne peut saisir directement la commission SOS par mail à l’adresse suivante : sos.abus@stjean.com ou la cellule d’écoute de la Conférence des Évêques de France paroledevictimes@cef.fr.

Notre engagement à corriger ce qui doit l’être est aussi motivé par le désir que ne soit pas occulté le bien qui se fait dans la cinquantaine de prieurés que compte Les Frères de Saint-Jean sur les 5 continents ; et que la vie de la très grande majorité des frères, consacrée au service de Dieu et des hommes, continue à être signe d’espérance dans le monde.

Le Prieur général concluait ainsi son courrier aux frères du 20 février : « Étant donné la force du charisme johannique que nous avons reçu, notre fraternité qui m’a encore étonné lors de nos récents chapitres vicariaux, toutes les épreuves que nous avons traversées ensemble, tout le travail accompli, je suis convaincu, que le Cardinal Braz de Aviz [préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée au Vatican], dans sa lettre de juin 2016, avait raison de nous dire : « Que des jeunes puissent être appelés à la vie religieuse dans votre Famille Saint-Jean est un bien pour eux et pour l’Église » . Le travail entamé ensemble portera certainement du fruit pour notre Communauté à moyen terme, même si c’est dans les larmes qu’il faut semer. »

1 Courriers disponibles sur le site https://freres-saint-jean.org/qui-sommes-nous/notre-histoire/reperes-historiques

Contact presse :
Frère Jean-Yves
contact.presse@stjean.com

Frères de Saint-Jean
Notre Dame de Rimont, 3 rue de l’ancien séminaire, 71390 Fley
03 85 98 18 98